CONFERENCES GRATUITES

 

 

 

 

 

 

Abou Rawach, un cimetière d’exception de la Ire dynastie 

Par Yann Tristant, IFAO/Macquarie University

 

 

 

 JEUDI 15 OCTOBRE A 19 HEURES

 

à l'auditorium Pablo Neruda à Nîmes

 

 

 

 À la veille de la Première Guerre mondiale, Pierre Montet fouillait, quelques kilomètres au nord du plateau de Giza, les demeures d’éternité de notables de l’époque du roi Den (milieu de la Ire dynastie, v. 2950 av. J.-C.). Tant par leur architecture que par la qualité et la quantité du mobilier funéraire, ces grands mastabas en briques crues illustrent le rang et la splendeur de leurs occupants. Oubliés pendant plus d’un siècle, ces monuments ont bénéficié récemment d’un nouveau programme archéologique mené par l’Institut français d’archéologie orientale du Caire avec la Macquarie University de Sydney (Australie). La réévaluation de la documentation laissée par P. Montet et l’utilisation des techniques de fouille les plus modernes permettent d’appréhender la localité sous un nouveau jour. Avec leurs herses en pierre, leurs tombes subsidiaires, leurs murs décorés de niches et de redans, leurs barques funéraires – les plus anciennes connues en Égypte – les grands tombeaux d’Abou Rawach s’inspirent de ceux des premiers rois inhumés à Abydos et contribuent à dessiner une image plus précise de l’aristocratie égyptienne au moment où l’État se constitue sur les bords du Nil. 

CONFERENCE YANN TRISTANT JEUDI 15 OCTOBRE

 

 

 

 

Aux origines de la momification

égyptienne

 

Vendredi 11/12/2020

à l'auditorium Pablo Neruda à Nîmes

 

Chloé Girardi, Docteure en archéologie (Université Paul-Valéry Montpellier 3), archéo-anthropologue (Éveha), 

Chercheure associée (ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR 5140)

 

Si les gestes des embaumeurs égyptiens ont fait l’objet de nombreuses études, paradoxalement, peu de recherches ont été entreprises sur la question des origines et du développement de cette pratique. La relecture de la documentation archéologique permet d’étoffer notre compréhension de l’émergence de ce traitement funéraire en Égypte du début de l’époque prédynastique à la fin de l’Ancien Empire (IVe et première moitié du IIIe millénaires av. n.è.).

 image.png

 

 

 Le site de fouille de 

                   Thonis-Heraclion

 

 

Vendredi 9 avril 2021

 

Auditorum du Centre Pablo Néruda

 

              Par Anne-Sophie Von Bohmard

 

 

 

 thonis