CONFERENCES GRATUITES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux origines de la momification

égyptienne

 

Vendredi 17/09/2021

à l'auditorium Pablo Neruda à Nîmes

 

Chloé Girardi, Docteure en archéologie (Université Paul-Valéry Montpellier 3), archéo-anthropologue (Éveha), 

Chercheure associée (ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR 5140)

 

Si les gestes des embaumeurs égyptiens ont fait l’objet de nombreuses études, paradoxalement, peu de recherches ont été entreprises sur la question des origines et du développement de cette pratique. La relecture de la documentation archéologique permet d’étoffer notre compréhension de l’émergence de ce traitement funéraire en Égypte du début de l’époque prédynastique à la fin de l’Ancien Empire (IVe et première moitié du IIIe millénaires av. n.è.).

 image.png

 

 

 

 

 

 THONIS-HERACLION

 

VENDREDI 12 NOVEMBRE A 19 HEURES 

AUDITORIUM DU CENTRE PABLO NERUDA 

1 PLACE HUBERT ROUGER NÎMES 

ENTRÉE GRATUITE

par Anne-Sophie von Bomhard 

Egyptologue

 

 Le grand port international de l'ancienne Egypte précédant la création d'Alexandrie, Thonis-Héracléion, actuellement entièrement submergé, a été localisé en Baie d'Aboukir à la fin du 20e siècle par l'Institut Européen d'Archéologie sous-marine dirigée par Franck Goddio. Une pièce exceptionnelle inscrite du nom de Thonis vient authentifier la découverte en donnant le nom égyptien de la ville. Trouvée in situ dans le temple d'Amon et de Khonsu désigné comme "Héracléion" dans la version grecque de la version grecque du Décret de Canope, elle permet de comprendre que les deux appellations "Héracléion" (nom grec) et "Thônis" (nom égyptien) désignaient la même ville. 

Ce grand port a été particulièrement prospère avant la création d'Alexandrie, mais l'est resté durant le temps des Ptolémées malgré le détournement du commerce international vers la cité grecque. L'Amon du lieu, dit "gereb" et son fils Khonsou confirmaient la légitimité des rois grecs auprès de la population égyptienne, d'autant que Khonsou était assimilé par eux à Héraclès dont ils prétendaient descendre. 

Affiche Thonis